Les entrepreneurs

Je n’en suis pas un. Enfin… Qui suis-je donc pour en parler. Moi-même je ne sais pas (comme disent les ivoiriens). Mais au fil de cette vie que j’ai, j’en ai rencontré quelques uns et j’ai fini par créer deux catégories.

Les vrais vrais entrepreneurs

Ils ont un point commun… le travail. Leur choix de vie n’a rien de facile. Ils respirent leur(s) projet(s). Pincez-les et ils vous le présenteront, en version courte et en version longue. Ils vous raconteront avec toute la passion du monde. Et même si l’idée est moyenne, vous aurez quand même envie de leur filer un coup de main. Ils “reeeeesssspirent” leur projet. Au détail près. Les chiffres. Les projections financières. Où est ce qu’ils se voient à court, moyen, long terme. Combien de personnes ils leur faut pour aller de l’avant. Mais comme ils n’ont pas les moyens d’engager tout ce beau monde, ils font presque tout eux-mêmes. Production, administratif, parfois vente. C’est leur projet, leur vie. Du coup, ça se voit dans leurs yeux qu’ils sont des vrais vrais entrepreneurs… les cernes peuvent témoigner de leurs nuits courtes et de la quantité de travail qu’il exécutent chaque jour. Leur plus grande qualité, c’est l’exécution.

les entrepreneurs qui aiment avoir des projets.

Ne m’enflammez pas encore. On en a tous un dans notre entourage. Il a une idée, il projette de créer la machine à remonter le temps (oui oui, c’est de l’ironie). Sur le papier, c’est une idée révolutionnaire. Elle va changer le monde. Quand vous posez la question du comment il compte y arriver, la réponse est évasive et d’ailleurs “vous ne comprenez rien“… il a trop d’avance sur vous comme Rolls Royce sur moto.

Si vous ne pouvez pas expliquer un concept à un enfant de 5 ans, c’est que vous ne le maîtrisez pas encore vous-même.

Ne lui posez jamais la question des projections financières. Quel est son modèle économique? Comment compte-t-il gagner de l’argent? La plupart du temps, il est encore en train d’y penser. Il promet revenir plus tard avec tous les détails.
Ça fait deux ans, trois ans, quatre ans qu’il change le monde “dans sa bouche”. Pas une once d’action… rien. Il a toujours une excuse pour expliquer cette absence d’exécution.
La première est qu’il est en train de peaufiner tous les détails. Il y a constamment de nouvelles données à prendre en compte. Mais ce qui est sûr, il a un “Pitch” prêt à présenter à la demande. Il surfe sur la tendance…

Surfer sur la tendance
La tendance…

La seconde est qu’il a dû se mettre sur un autre projet. Trouver une autre idée parce que quelqu’un d’autre lui a piqué son idée 😉
La troisième et surtout la plus répandue est qu’il est toujours à la recherche de financement. Il vous dira que “les banques ne prêtent pas ooooh“. Et que sans argent, bien sûr, rien n’est possible.

Ce que je sais…

(même si je ne suis pas entrepreneur :D)

– une entreprise doit faire du profit. Un entrepreneur qui n’a pas une vision claire de comment il fait de l’argent de son idée est dans la catégorie 2.
– L’idée appartient à celui qui l’exécute. Ni plus, ni moins. Alors, si vous avez une idée que vous peaufinez depuis 10 ans, vous êtes dans la catégorie 2.
Aucune entreprise n’est parfaite. Elles sont constamment à parfaire peu importe les apparences. La seule chose qui compte, c’est de se mettre en marche.
– L’argent n’est pas la cause de tous les malheurs. Il y a des histoires, à foison, de “vrais vrais entrepreneurs” qui ont démarré avec ce qu’ils avaient dans la main.

Alors, pour aider tous ceux pour qui le financement est le plus gros problème, ou la plus grande excuse, je partage les initiatives dont j’ai connaissance et continuerai d’actualiser cet article avec les infos que je trouverai :
1- Business Plan Competition de CGECI
2- Comoé Capital
3- Le prix BJKD
4- Coup de Boost de Fabrice Sawegnon
5- Le prix de l’entrepreneur social de Orange
6- la Fondation Jeunesse Numérique

Si vous connaissez des initiatives, n’hésitez pas à les partager en commentaire ou les réseaux sociaux.

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK

SUIVEZ-MOI SUR TWITTER


* image de couverture: les YALI 2016 à l’Université de Texas à Austin. Track: Business & Entrepreneurship

Submit a comment

huit − 5 =