Juste Fais-Le

C’est une traduction bien grossière du Just do it de Nike. Mais « Juste fais-le » est traduit à juste titre. Pas d’enjolivement, une expression un peu brutale pour qu’elle bouscule.

Il y a quelques semaines, je participais au « Motivation Day » de VK pour partager un peu de ce que j’ai vécu, traversé et réalisé. Mais le message que j’ai voulu laisser à l’assemblée est littéralement:

juste fais-le

Il y a aussi une erreur que nous commettons presque tous en regardant ceux que nous désignons comme nos modèles. Nous nous focalisons sur l’image finale, sur l’image victorieuse:
M. Diagou est omni-riche, il vient de racheter les “assets” de la Diamond Bank en Côte d’Ivoire
Ou
Fabrice Sawegnon a trop la chance, il vient de signer avec M6 pour sa chaîne de TV.
Ou encore
Marie-José Ta Lou est double vice-championne du monde. Elle a été reçue par le Président de la république. Elle a eu une belle prime.
Ou
Kiff no beat a toute l’attention du pays et voire des “major company”. Ils sont plein de succès. Ils ont un contrat en or.

On peut aller d’une grande échelle à la plus petite mais il y a une chose toute bête qui caractérise tous ces succès:

le “hard work”.

Il n’y a rien qui remplace la valeur générée par un travail acharné. Et tout cela ne se résume qu’à juste faire ce qui doit être fait quand cela doit être fait. Quand Mark Zuckerberg démarrait Facebook, il avait Myspace ou hi5 à vue d’œil. Il a donc mis la quantité de travail qu’il fallait pour avoir un meilleur produit et convaincre les utilisateurs d’abandonner les autres.

Quand je vois Marie José Ta Lou brandir le fruit de ses efforts, je n’ai qu’une chose en tête: toutes les séances d’entraînement qu’elle a souffert et enduré. J’ai eu la chance de lui parler et de connaître son histoire entre la Chine, le Sénégal et les conditions difficiles dans lesquelles elle a pu évoluer. Une chose ressortait dans son récit:

J’ai travaillé.

Quand je vois aussi Asalfo et les Magic System, je vois du travail. Il n’y a qu’à voir ce qu’ils réalisent encore 20 ans après. Le professionnalisme avec lequel ils organisent leurs concerts. Cette ponctualité que tout le monde leur reconnaît n’est rien d’autre que le fruit de la préparation, de la bonne préparation, le fruit du travail.

Quand je vois également Frank Anet et Christelle Vougo-Anet, en couverture de Tycoon aujourd’hui, je vois deux passionnés qui ont compris que seul le travail transforme tout. Imaginez la quantité de travail qu’il leur a fallu mettre en oeuvre pour passer de leur premier petit restaurant Norima (dans un coin) à un super Norima, un Saakan, un Mondial, un traiteur et une quantité d’awards bien mérités?

Tycoon, Frank Anet, Christelle Vougo

Il y a cette expression… « Work smart, not hard ». Heureux celui qui y croit. Moi, je crois que le work smart est une vue de l’esprit. Ce qui compte vraiment c’est de « work hard » et de faire ce qui doit être fait, quand cela doit être fait.
«  Juste Fais-le ». period!

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK

SUIVEZ-MOI SUR TWITTER


5 Comments

  1. Merci Kouakou Stéphane pour cette inspiration. On pense le faire et on ne le fais plus ou pas. Merci pour cette attitude Smart Hard.

  2. Prélude
    Il faut avouer que j’ai très peu écris depuis un certain temps (4 ans minimum),
    Sur moi-même, comme sur un autre sujet, je me suis embourbé dans le traintrain quotidien mêlant paresse et joie éphémère.
    Sorti de mon hibernation (c’était plutôt un coma) je me suis posé une seule question
    « Comment peut-on se retrouver si loin de ces objectifs en si peu de temps ? »
    Si on y prête garde le panneau « LOST » nous indiquera clairement qu’il est trop tard pour retourner sur nos pas.

    Acte One : Le Constat
    C’est tragique, Je suis absent de ma propre vie, Je suis trop loin de ce que je voulais être,
    Je suis loin d’être moi-même, déçu de mon style de vie, finalement je ne suis plus rien,
    Peut-être suis-je quelqu’un d’autre ? mais qui ?
    Quelqu’un que je ne connais pas et que je ne veux pas connaître
    Un citoyen ordinaire, moyen, banal à l’antipode du modelé de réussite.
    Je me rends bien compte que je naï rien fait pour me donner une valeur ajoutée, ce petit plus qui aurait fait de moi un homme hors du commun
    Le type qui sort du Grand U bardé de diplômes, entreprenant, décomplexé avec une position sociale des plus avantageuse.
    Malheureusement
    Le moi d’aujourd’hui est loin de tout ça,
    Le moi d’aujourd’hui est incapable de lire un journal (trop fatigant pour lui)
    Le moi d’aujourd’hui a laissé son mémoire de fin de cycle en suspens depuis trois ans
    Le moi d’aujourd’hui ne fais plus de sport (tout effort physique et intellectuel est systématiquement banni)
    Le moi d’aujourd’hui ce n’est pas Moi et ça personne ne l’a dit…

Submit a comment

1 × 5 =