Donner son temps

Depuis quelques années, je suis des enfants dans un petit orphelinat à Bonoua: la cité de la sainte famille.

C’est avant tout une mission dont une amie de maman s’est investie. Récupérer dans la mesure de ses capacités des enfants qui avaient perdu leurs parents ou qui étaient délaissés pour leur apporter un soutien de premier niveau: abri et alimentation. Mais aussi un apport inestimable de suivi: éducation classique et éducation religieuse.

Et ce n’est pas toujours facile de pouvoir assurer ce minimum. Donc de temps en temps, elle peut compter sur des dons pour tenir la barre. Il y a quelques semaines, pour la rentrée scolaire, je m’y suis rendu pour aider pour les fournitures. J’y ai passé un peu de temps pour me rendre compte qu’avec autant d’enfants d’âges différents sous sa responsabilité, ma tata était débordée. Elle ne pouvait pas être sur tous les fronts en même temps malgré sa bonne volonté.

Je l’admire profondément. Aussi fort que je suis sensible à la cause de l’orphelin et que j’ai beaucoup d’affection à donner aux enfants, je ne sais pas si je pourrais accomplir sa mission. Car, on peut se sentir grand de prendre un peu de son argent pour acheter des vivres et des livres et les déposer à l’attention des enfants mais le vrai effort est de leur donner plus que de « l’argent »: du temps. Donner son temps coûte plus cher que donner de l’argent.

La dernière fois que j’y suis allé, certains qui sont au primaire avaient du mal avec leur table de multiplication. J’ai commencé à travailler avec eux sur quelques techniques. Les aider à ne pas juste apprendre par coeur mais à faire des additions. A enseigner aussi quelques méthodes de calcul mental simples aux plus âgés.

Ce jour-là, je me suis demandé ce que je pouvais faire de plus. Puisque les besoins étaient plus grands que lorsque j’ai commencé en 2010 à les accompagner. Puisque « acheter » n’était pas toujours suffisant. Alors:
La première résolution est de passer plus de temps avec eux, pour parler, partager, enseigner s’il faut. Les emmener à croire qu’ils peuvent réussir plein de choses.

La seconde résolution est de ne plus être seul dans mon coin à les supporter. A plusieurs, on pourrait donc apporter beaucoup plus, autant en argent et en temps.

Les prochaines actions sont les suivantes:
– Novembre 2019: Don de vivres
– Décembre 2019: Un bonheur pour Noël

Si le sujet vous intéresse, si vous voulez donner, n’hésitez pas à rejoindre le groupe sur Whatsapp en cliquant –> ici

SUIVEZ-MOI SUR FACEBOOK

SUIVEZ-MOI SUR TWITTER


3 Comments

Submit a comment

vingt − 10 =